Vivez le « Spirit » Américain !

Lorsque la plupart des gens imaginent une moto, il y a de fortes chances qu’ils pensent à une Harley-Davidson. C’est parce que les machines Harley-Davidson ressemblent à ce que le motard primaire qui sommeille en chacun de nous pense qu’une moto devrait ressembler.

Les Harley-Davidson ont commencé à apparaître sur les routes française, moins d’une décennie après la fabrication du premier modèle par les frères Davidson et leur bon ami Bill Harley dans un hangar de Milwaukee, aux États-Unis. Robuste et fiable par rapport aux autres motos du marché, la Harley a prospéré en France. Près d’un siècle plus tard, Harley-Davidson reste l’une des marques de motos les plus populaires sur les routes française. Plus qu’une moto, la Harley-Davidson est devenue une icône du design et un symbole de liberté et d’aventure.

Ride-American.fr est à vendre, contactez nous !

Faites nous une offre concernant l'achat du nom de domaine "ride-american.fr"

L’histoire de Harley est une véritable affaire de famille


Tous les motards savent que Willie G. Davidson est le descendant de l’un des pères fondateurs de Harley-Davidson. Ce que peu de gens savent, c’est qu’à ses débuts, l’entreprise était une véritable affaire de famille, avec des gentleman’s agreements, de riches vieux oncles investisseurs et des sœurs qui s’occupaient de la peinture.

À l’âge de 21 ans seulement, William S. Harley a réalisé le plan d’un moteur conçu pour s’adapter à une bicyclette. Un an plus tard, il l’avait construit et quelques semaines plus tard, le premier Harley-Davidson était vendu.

Mais malgré sa création en 1903, Harley-Davidson n’est pas la première entreprise américaine de motos.

Les coureurs cyclistes George Hendee et Oscar Hedstrom ont commencé à fabriquer la Indian Motorcycle à Springfield, en 1901. Bien que venant de la ville natale de Homer Simpson, Indian a été, jusqu’à sa disparition en 1953, un digne rival de Harley-Davidson.

Le fabricant de bicyclettes et coureur automobile Glenn Curtiss a commencé à construire des motos en 1901. En 1907, il atteint 217 km/h sur une moto équipée d’un moteur V8 de 40 ch et est salué comme « l’homme le plus rapide du monde » – prouvant ainsi irrévocablement le mensonge « La vitesse tue ».

S’appuyant sur les forces de ses moteurs supérieurs, il abandonna les motos en 1913 pour devenir un pionnier de l’aviation, rival de Wilbur et Orville Wright.

Indian et Curtiss ne sont que deux des plus de 50 entreprises américaines qui fabriquaient autrefois des motos avec un certain succès, mais seule Harley a survécu sans interruption.

Des générations d’amis et de parents, et même la famille élargie des concessionnaires, des clients et des admirateurs sont restés fidèles à la marque dans les bons et les mauvais moments.

DES DÉBUTS MODESTES

Une grande partie de cette histoire est décrite dans Growing Up Harley-Davidson par Jean Davidson, petite-fille du cofondateur Walter Davidson et fille du dirigeant de la société Gordon Davidson. Elle a connu trois générations de la dynastie des motards et a géré une concession.

Les fondateurs de H-D n’étaient en fait que des Américains de première génération. William Harley, le père de William S. Harley, a immigré de Littleport, en Angleterre, en 1859 et s’est rapidement engagé dans l’armée de l’Union. Les motards descendent dans la petite ville anglaise en été et sont rejoints par des reconstitueurs de la guerre civile qui portent l’uniforme du régiment de William Harley.

Son fils, William S., né en 1880, était un dessinateur passionné par les moteurs, qui a commencé par fabriquer des bicyclettes. Tout en créant l’entreprise de motocycles à Milwaukee, il parcourait 80 miles pour étudier l’ingénierie à l’université du Wisconsin.

Arthur Davidson était le plus jeune fils de William C. Davidson, un charpentier écossais. Un ami d’enfance est Ole Evinrude, d’origine norvégienne, qui étudie également les moteurs. Evinrude et Arthur travaillent comme modélistes dans un atelier ferroviaire et s’engagent à ne jamais se faire concurrence. Ole Evinrude aide ses amis à concevoir le carburateur et le système de lubrification de leurs premiers moteurs de motos, et devient ensuite célèbre en construisant les premiers moteurs hors-bord marins et tondeuses à gazon motorisées.

Le sous-sol de la famille Davidson était l’atelier d’origine jusqu’à ce que leur père leur construise un hangar de 3m x 5m dans la cour arrière. Janet, la sœur d’Arthur, était une artiste talentueuse qui concevait des monogrammes pour des linges fins destinés au magasin de son oncle ; elle s’amusa à peindre « Harley-Davidson Motor Co. » sur la porte de la remise. Elle dessine un logo qu’elle peint en rouge sur les réservoirs gris, et elle raye les premières motos à la main.

Arthur a rapidement recruté son frère Walter, qui travaillait comme machiniste ferroviaire au Kansas. Un autre frère, William Davidson, qui était contremaître d’outillage ferroviaire, a rejoint l’entreprise en 1907.

Un oncle ermite de 80 ans, James MacLay, qui élevait des abeilles, a fait don de ses économies pour soutenir l’entreprise. Elizabeth Davidson, de trois ans la cadette d’Arthur, s’occupe de la comptabilité. En retour, l’entreprise lui a permis d’aller à l’université.

Au début des années 1900, les moteurs électriques n’étaient pas encore disponibles pour les petites machines-outils, si bien que l’on utilisait un tour équipé d’un moteur à essence pour usiner certaines pièces, tandis que d’autres étaient subrepticement usinées dans les ateliers des chemins de fer.

William Harley et Arthur Davidson ont fabriqué des motos monocylindres pour remplacer les chevaux par ceux qui ne pouvaient pas s’offrir une voiture. Après que leur première moto ait été vendue à leur ami de la cour d’école Henry Meyer – pour 200 dollars – elle a eu plusieurs propriétaires entre 1903 et 1913.

Les recherches modernes suggèrent que la toute première Harley-Davidson a parcouru 100 000 miles (160 000 km) à une époque où il n’y avait pratiquement pas de routes pavées, alors qu’elle était destinée à la course.

En 1904, le premier concessionnaire Harley-Davidson, C.H. Lang de Chicago, a vendu l’une des trois premières Harley de série jamais fabriquées. En 1906, le surnom « The Silent Grey Fellow » (le compagnon gris et silencieux) est inventé.

Établi en 1917, Morgan & Wacker, de Brisbane, est le plus ancien concessionnaire de Harley au monde, en dehors des États-Unis, et le plus ancien concessionnaire de motos d’Australie, toutes marques confondues. La société est également concessionnaire de motos BMW depuis plus de 55 ans.

La robustesse et l’efficacité de la Harley ont été démontrées en 1908 lorsque Walter Davidson s’est inscrit à une compétition d’endurance de deux jours traversant les montagnes Catskill et se terminant à Brooklyn. Il a obtenu un score parfait – et 188 miles par gallon (86 km par litre), un record mondial d’efficacité énergétique.

Le premier moteur bicylindre en V à 45 degrés est lancé en 1909 et reste la pierre angulaire de la marque. En 1914, l’entreprise produit 1 600 motos par an.

LA MACHINE DE GUERRE

En 1916, le général « Blackjack » Pershing a commandé une douzaine de Harley-Davidson, avec des mitrailleuses montées sur des side-cars, pour chasser du Texas les raids du révolutionnaire mexicain Pancho Villa. L’année suivante, les États-Unis entrent dans la Première Guerre mondiale et leurs régiments de cavalerie passent des chevaux aux 20 000 Harleys.

Un autre Américain de première génération, fils d’un membre du Congrès américain d’origine suédoise, Charles Lindbergh, a abandonné ses études d’ingénieur pour explorer l’Amérique sur une Harley, avant d’apprendre à piloter et de devenir la première personne à voler sans escale de New York à Paris.

Après l’intense activité de la Première Guerre mondiale, la société n’a construit que 11 000 motos en 1921, après en avoir dépassé 20 000 par an de 1918 à 1920. Les ventes sont remontées à 24 000 machines en 1929, mais le krach boursier et la Grande Dépression ont fait chuter la production à 3 600 en 1933.

Malgré la dépression, en 1936, six des fils des fondateurs travaillaient pour l’entreprise. En 1936, le nouveau modèle EL de 61 pouces cubes, conçu par les fondateurs de l’entreprise, est devenu le « Hog » original.

La deuxième génération, William H. Davidson, était le président de la société et Gordon Davidson est devenu vice-président en 1942, alors que la Seconde Guerre mondiale suscitait une nouvelle demande militaire – avec un pic de 30 000 commandes en 1943.

RIVAUX INTERNATIONAUX

Peu après la Seconde Guerre mondiale, Harley se retrouve en concurrence avec des motos européennes moins chères, puis avec des motos japonaises plus avancées. Par une bizarrerie malveillante, une grande partie de cette concurrence avait été partiellement subventionnée par le plan Marshall, destiné à aider les pays ravagés par la guerre à reconstruire leur économie. La célèbre société de motocyclettes Indian n’a pas pu survivre à cette période et a cessé sa production en 1953, Harley devenant ainsi le dernier fabricant américain de motocyclettes.

Mais la machine emblématique de la liberté américaine a été endommagée par des événements indépendants de sa volonté ; des troubles survenus lors d’une fête du 4 juillet à Hollister, en Californie, en 1947, ont été largement rapportés – et exagérés. La couverture du magazine Life montrait un motard posant sur une Harley, une bière dans chaque main, dans une rue remplie de bouteilles cassées.

Certains militaires agités de la Seconde Guerre mondiale, incapables de trouver du travail et à la recherche d’on ne sait quoi, ont été acceptés par des groupes d’autres personnes mécontentes. C’est le début de l’ascension des célèbres gangs de motards.

Les événements de Hollister ont inspiré le film de 1953, The Wild One, dans lequel Marlon Brando jouait le rôle d’un motard hors-la-loi, tandis que le classique de 1969, Easy Rider, mettait en scène un avocat américain (Jack Nicholson) rejoignant Peter Fonda et Dennis Hopper, fumeurs d’herbe, qui traversaient le pays à bord de leurs Harley choppers, à la recherche de « la vraie Amérique ».

Honda a fait son entrée sur le marché américain dans les années 1960, et ses publicités suggéraient effrontément : « On rencontre les gens les plus sympas sur une Honda ».

L’ancien président américain Jimmy Carter roulait sur une moto étrangère lors de sa campagne en Géorgie ; son frère, Billy, affirmait qu’il était le seul membre normal de la famille : leur mère âgée avait rejoint les Peace Corps, son frère essayait d’être président, une sœur était évangéliste – et l’autre sœur roulait sur une Harley-Davidson.

En 1965, les héritiers de la troisième génération de la famille Harley et Davidson voulaient se retirer, et la société a été rachetée par AMF – American Machine and Foundry. Les ventes ont augmenté régulièrement, passant de 13 000 motos en 1965 à 47 000 en 1980, mais le développement de nouveaux modèles a pris du retard, car une nouvelle génération d’acheteurs a adopté les motos japonaises, plus rapides et moins chères.

INTERVENTION PRÉSIDENTIELLE

En 1981, le designer Willie G. Davidson, petit-fils de William A. Davidson, fait partie des investisseurs qui rachètent la société. Cela s’est vite avéré être une mauvaise affaire car les ventes ont chuté à 28 000 unités en 1982. Les importations de haute qualité et à bas prix menaçaient à nouveau la survie de l’entreprise.

En avril 1983, alors que Harley-Davidson dérape rapidement vers la faillite, le président Ronald Reagan devient l’improbable sauveur de la société. Contrairement à Jimmy Carter, le président Reagan n’avait jamais conduit de moto, sa préférence allant au cheval.

Reagan a imposé un tarif temporaire sur les motos japonaises importées dont le moteur était supérieur à 700 cm3. Ce tarif augmentait le coût des importations japonaises de 40 %, puis diminuait à 10 % sur cinq ans. Les Japonais ont répondu en transformant leurs 750 en modèles de 700 cm3 uniques aux États-Unis.

En 1987, Harley-Davidson annonce qu’elle est à nouveau rentable et que la protection n’est plus nécessaire. Le président Reagan fait une visite très médiatisée de l’usine et pose sur une Harley.

L’ÉPOQUE MODERNE

La production totale en 1987 était de 36 000 motos. En 2007, la production a culminé à 330 619, mais est tombée à 303 479 en 2008, avec un objectif pour cette année de seulement 273 000.

Le bicylindre en V à 45 degrés – avec son rythme irrégulier unique – est le moteur emblématique de l’entreprise depuis 1909, mais la disposition des soupapes et les matériaux ont été améliorés. Depuis le lancement du Knucklehead en 1935, chaque moteur a reçu un nom qui décrit à peu près l’apparence de la culasse. Il s’agit notamment du Panhead en 1948, du Flathead en 1952, du Ironhead pour le Sportster 1957, du Shovelhead en 1966, du Blockhead pour le moteur Evolution en aluminium en 1984 et du Fathead pour le moteur 1 450 cm3 à double arbre à cames en 1999.

En 1994, la société a tenté de faire breveter le son unique du moteur en tant que marque déposée, mais a finalement retiré sa demande en 2000.

Le son fait partie intégrante des moteurs Harley-Davidson à bicylindre en V équipés de carburateurs, mais les ingénieurs ont eu du mal à le préserver dans les nouveaux moteurs à injection.

En 2001, la V-Rod radicale a été conçue pour remplacer le grondement et les secousses traditionnels par la puissance douce d’un moteur à injection de 115 ch développé par Porsche, ce qui en fait la première Harley à être refroidie par liquide.

Le Dr Jeffrey Bleustein, qui n’est ni un descendant de Harley ni un descendant de Davidson, était l’un des 13 cadres qui ont racheté Harley à AMF et il a occupé le poste de PDG jusqu’à sa retraite en 2005. Jim Zeimer, un vétéran de 35 ans de Harley, lui a succédé, mais il a pris sa retraite et a été remplacé par l’outsider (et non conducteur) Keith Wandell en 2009.

UN COUP DUR POUR L’ENTREPRISE

La réduction des volumes et la restructuration imposées par la crise financière mondiale entraîneront la suppression d’environ 1 100 emplois en 2009 et 2010, dont 800 postes horaires de production et 300 postes salariés hors production.

Willie G. Davidson, aujourd’hui septuagénaire, est le fils de l’ancien président de H-D, William H. Davidson, et le petit-fils du fondateur William A. Sans surprise, il a grandi autour des Harleys.

Davidson a étudié le design à Pasadena, en Californie, et c’est dans cet État de la côte ouest qu’il a pris conscience de la personnalisation des motos.

Avant de travailler pour Harley, Davidson a travaillé dans le département de design de Ford et a commencé à concevoir des motos personnalisées en tant que hobby.

En 1963, il rejoint Harley-Davidson mais se heurte à la résistance de la haute direction quant à l’orientation qu’il souhaite donner au design. Les cadres conservateurs plus âgés considéraient les conceptions du jeune Davidson comme trop radicales et peu pratiques.

Le Super Glide est la première tentative de Harley-Davidson de créer un custom d’usine, une réponse de la société, par l’intermédiaire de Willie G., à la popularité croissante des choppers, cruisers et autres customs. Le Super Glide est devenu une étape importante dans l’histoire de Harley-Davidson et Willie G. apporte toujours sa propre célébrité aux grands rassemblements de fidèles.

Le nombre de motos dans la plupart des régions du monde reste faible par rapport aux voitures, mais cela pourrait changer. À mesure que le pétrole se raréfie et que le prix du carburant augmente, une version moderne des premières motos Harley-Davidson qui atteignaient 188 mpg pourrait devenir un modèle pour l’avenir.

Retour haut de page